All posts tagged “Friedrich Nietzsche

19.6.19

Je suis peut-être désespéré, mais je ne suis pas débile. Avec le temps qui passe ou, pour le dire plus crûment, plus cruellement, avec l’âge, on se ramollit, le corps, certes, mais le reste, aussi. C’est d’abord une remarque sur le regard qui s’est adouci,… Read More

13.12.18

Et c’est vrai que partout on voit seuls des visages tristes. On te tuerait pour une place de parking, un caddie au supermarché, un regard de travers, n’importe quoi. Les désirs sont tristes, surtout. Le pouvoir d’achat comme horizon ultime. Ne crois pas que je… Read More

23.6.18

Un peu moins de vingt pages en un peu plus de dix jours. Oh oui, on peut écrire plus vite. Mais rapide, ce n’est pas le but. Ce n’est pas ce que je cherche. Quelquefois tu écris en trombe. Quelquefois c’est plus lent. Ruminer (disait… Read More

18.3.18

La nullité de la culture est un phénomène complexe. Je pourrais citer quelque nom, en exemple, et en faire voir (valoir) d’une façon ou d’une autre la nullité, mais ceux qu’une critique de ce genre pourrait ou devrait toucher (ceux que tous les noms propres… Read More

2.3.18

Orage de grêle, ce matin. Pourtant, en ouvrant les volets, un peu avant, le ciel était relativement clair pour un ciel nuageux. Et puis, presque imperceptiblement, il est devenu noir, gris ardoise, a dit Nelly, presque bleu, ai-je dit, pour ma part. Bientôt, le billes… Read More

2.2.18

L’obsession du grandpublic. Comme si on pouvait bien écrire pour le grand nombre ? Idée ridicule, non ? On écrit parce qu’on croit que c’est juste ou alors on ne fait rien du tout. Enfin, moi, j’écris comme ça. Les autres, je ne sais pas. D’autant plus… Read More

27.1.18

Orage, la nuit dernière déjà, flashes blancs à intervalles irréguliers qui aveuglent tout l’espace. Ici, on les voit particulièrement bien — il n’y a rien en face qui barre l’horizon. Impression que le ciel est un écran qui pâlit chaque fois. Pluie incessante. J’ai poussé l’olivier… Read More

11.11.17

Écrire, ce n’est pas forcément mieux que ne rien faire. D’autant que, quand on y pense, c’est étrange de consacrer du temps à écrire (plutôt, donc, que de ne rien faire, par exemple), d’inscrire des signes. Si tu imagines les raisons pour lesquelles une personne… Read More

7.11.17

Marché douze kilomètres, hier, dans les rues de Paris, mes chaussures anglaises aux pieds — grossière erreur. Et pourquoi, au juste ? Pour ne pas manquer à l’engagement que j’avais pris et qui m’aura coûté tant, plus une journée de travail. Journée perdue, fatigante, qu’aura sauvée tout de… Read More

1.7.17

La notion de posthume chez Nietzsche est à la fois plus complexe et plus simple qu’elle ne semble à première vue. Plus complexe car nous n’avons pas affaire là à une posture, à un relent de romantisme à l’odeur plaisante mais excessivement artificielle, elle n’a… Read More