comment 0

XXXVII.

Sensation du monde
lourde lourd
poids sur l’inconscience
malgré tout ce que l’on sait
quant à ce qui est et quant à ce qui n’est pas
ou alors c’est toi
le coupable
le mort
je ne sais pas
au réveil un mal de tête
tout passe paraît-il
même les notifications
Exclu web : profitez de 50E de remise immédiate pour l’acquisition d’un mobile Huawei P20 noir (59,90E au lieu de 109,9E) en vous engageant sur un forfait 50Go avec mobile pour client Open (engagement 24 mois). C’est jusqu’au 17/03/2019 inclus. RDV vite sur https://r.orange.fr/r/Sfmo110319 STOP 20882
pourquoi tant de sérieux ?
les bouffons ont pris le pouvoir
et plus personne n’a envie de rire.

comment 0

XXXVI.

Lumière dicible
sous la crasse ou derrière les couleurs criardes d’une boutique de vêtements en gros
des églises baroques
des palais
rues infâmes ci-contre
trouées de ruines que le monde a oubliées —
le monde a autre chose à faire
des villes à l’abandon ou bien des musées —
la lumière est dicible
me suis-je fait remarquer ce matin
et puis que
la vraie vie se vit les pieds nus
mais n’essaie pas non de trouver le moindre rapport.

comment 0

XXXV.

L’oiseau qui passe au-dessus du toit
fait une ombre dans le coin aveugle
de l’œil
je pose mes mains à plat sur la balustrade en métal
mon menton dessus
dans un angle le soleil se couche
pourquoi faut-il toujours inventer du sens ?
me dis-je
le reste
quasi rien
ne vaut-il pas mieux que tout le langage
(bavardage) ?

comment 0

XXXIV.

Entrepôts locaux commerciaux mosquées lycées résidences sécurisées
béton armé
la ville stimule son abandon
entrons
à l’intérieur du bâtiment
un étage de haut
un hangar
une grande pièce froide
deux murs mal peints
en bleu
demeurent encore des lieux où l’esthétique n’a pas conquis le commerce
sur un écran
les mêmes images de la télévision
au début on regarde
hypnotisé
et puis
comme c’est toujours la même chose
on essaie de n’y plus prêter attention
mais le bruit est toujours là
sans solution de continuité
qui aiguillonne les esprits ainsi accaparés
occupation du sol occupation des âmes mortes —
est-il besoin d’expliquer
plus avant
la préférence universelle
pour le vide ?

comment 0

10.4.19

Parfois, j’ai le sentiment d’avoir quelque commentaire à faire sur le temps présent, et je sais que c’est plus qu’un sentiment, que j’aurais réellement quelque chose à dire sur le temps présent, comme il a pu m’arriver de le faire, comme il m’arrivera encore de le faire, un commentaire critique, une analyse, un paradoxe à faire émerger, un concept à forger (comme celui-ci : ontophilie, l’impératif minoritaire à être fier de ce que l’on est) mais, si j’y pense effectivement un certain temps, suffisamment longtemps pour commencer à former dans mon esprit des phrases que je pourrais consigner par écrit ensuite, je ne le ferai pas, pas aujourd’hui, en tout cas, non par manque de volonté ou par faiblesse, ni par paresse, non, simplement parce que l’intérêt d’écrire ce genre de choses s’évanouit à mesure que les choses en question se précisent. Les gens qui gagnent à peu près bien leur vie dans le domaine des lettres, de l’art et de la culture sont pourtant, je le sais bien, des professionnels du temps présent, mais cela ne rend pas pour autant leur profession intéressante. Je sais qu’il faut voir dans le passé des événements qui éclairent le présent, qu’il faut être en prise directe avec son temps, être en phase avec son époque et, à dire vrai, dans une large mesure, j’obéis à ces impératifs chronologiques, après tout, je vis aujourd’hui, et pas hier, ni même demain, mais il y a quelque chose d’indiciblement naïf dans ces postures. Chaque fois que je m’apprête à dire quelque chose de ce temps présent, quelque chose de concret, pas simplement quelque généralité comme celles que je débite cependant que je suis en train d’écrire, je suis pris d’un sentiment double, quelque chose comme un léger dégoût qui provoque un grand ennui. C’est la tâche même qui est bête, s’acharner à parler de soi, relayer des pseudofaits qui nous concernent, dire qu’il s’est passé quelque chose et dire quelque chose sur ce quelque qu’il s’est passé, et ainsi de suite, et ainsi de suite. Est-ce un phénomène hallucinatoire qui est à l’origine de cette logorrhée contemporaine fascinée d’elle-même, causé par une forme de fragilité nerveuse, un tempérament purement réactif ? Je ne sais pas. En soi, ce serait intéressant d’analyser ce phénomène — après tout, nous vivons une époque où tout est intéressant, toute indication laissant supposer le contraire étant fondamentalement raciste—, mais je ne me sens pas de taille à l’affronter. Même ce développement passablement long me semble fastidieux, pour ne pas dire un peu ridicule. Est-ce le prix à payer quand on est dépourvu de génie ?

Une hésitation : les gens sont-ils foncièrement mauvais ou n’en ont-ils tout simplement rien à foutre ? Ou bien encore, s’ils se sentent coupables, quand ils font le mal tout en sachant que c’est le mal qu’ils font, le font-ils quand même en se disant : J’en parlerai à mon psy ?

IMG_20190410_155515_Bokeh~2.jpg

comment 0

XXXIII.

Tout doit disparaître
et toi et toi et toi
insiste sur le caractère inéluctable inexorable de l’affirmation
mais n’oublie pas non plus
non
tout ce qu’elle a de désirable
là tout en haut
d’une tour de béton
admire tout ce qui doit disparaître
tout ce qui va disparaître
tout ce qui en un sens a déjà disparu
n’en a pas conscience
vivote inconséquent
dans les petites vagues du devenir
en attendant que quelque chose d’autre que la fin se passe
enfin —
mais rien.

comment 0

XXXII.

Je me suis dit
si je regarde les choses suffisamment longtemps est-ce que les choses vont changer (de forme par exemple) ou vont-elles rester les mêmes ?
et
me suis-je demandé
si les choses restent les mêmes cependant que je continue de les regarder que va-t-il advenir de moi vais-je par exemple me perdre en elles me dissoudre en elles devenir une chose parmi les choses ?
mais
me suis-je fait remarquer à moi-même
ne suis-je pas déjà une chose parmi les choses pareille à toutes les choses dont on dispose quand on en a besoin et dont on se débarrasse une fois ce besoin passé — assouvi ?
et
par suite
si ce sont les choses qui changent (de forme ou de nature comment le saurais-je ?) si nous les choses nous changeons
ai-je repris à l’intention des choses mêmes
si nous changeons choses mes sœurs qui dira ce que nous sommes ?
qui que nous-mêmes dira ce que nous sommes ?